Gravity, un film bien au-delà de la science fiction

«Lors d’une mission de maintenance sur un télescope,  le docteur Ryan Stone (Sandra Bullock) et l’astronaute  Matt Kowalsky (Georges Clooney) sont confrontés à un grave incident : une vague de débris pulvérise leur navette. Stone et Kowalsky se retrouvent totalement seuls, livrés à eux-mêmes dans l’univers. Désormais loin de la Terre et ayant perdu tout contact avec celle ci, les deux astronautes vont devoir trouver un moyen de survivre.

Gravity est un film qui se déroule dans l’espace, mais pas forcement sur l’espace. La dernière œuvre d’Alfonso Cuaron est tant truffée de métaphores qu’on en oublie rapidement ce coté « espace » ou « science fiction ». Gravity est un film sur la vie. Le film aborde de façon subtile la manière dont on affronte sa propre mort…ou sa propre vie.

Coécrit par Alfonso Cuaron (Les Fils de l’Homme, Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban) et son fils Jonas Cuaron, Gravity est le fruit de leur première collaboration officielle. Le fait d’avoir situé l’intrigue dans l’espace leur a permis de multiplier les interprétations métaphoriques, comme le témoigne ce plan avec Sandra Bullock en position fœtale avec le cordon ombilical imagé par la corde qui flotte, une métaphore sur le cycle de la vie.

La position foetale de Sandra Bullock nous rappelle le cycle de la vie
La position foetale de Sandra Bullock nous rappelle le cycle de la vie

 

Gravity nous livre des images d’une impressionnante beauté. Tout le film est ponctué de plans magnifiques de la Terre, montrée comme le berceau de toute vie. La planète bleue nous offre le plus magnifique des spectacles. On est à la fois émerveillé et terrifié par la vue spectaculaire qu’il nous ait donné de contempler, et il est impressionnant de constater à quel point nous sommes tout petits dans ce vaste univers oppressant et étouffant.

Pas de son dans l’espace certes, mais le film est soutenu d’une bande son taillée sur mesure. Les bruitages, les respirations contribuent à créer une ambiance hors du commun. Puis des silences soudains se produisent parfois dans le film, coupant alors brutalement le moindre son de manière inattendue pour nous rappeler que les personnages se trouvent dans un environnement abyssal et hostile.

Sandra Bullock se donne à fond, elle fait de Ryan un personnage authentique et convaincant, elle parvient à nourrir intelligemment le personnage de solitude,  l’un des thèmes principaux qu’aborde justement le film.  George Clooney, lui, a pris du plaisir à jouer à l’astronaute et parvient à humaniser les situations du film. On se sent rassuré par sa présence, et si on devait s’aventurer dans l’espace, il est l’homme qu’on aimerait avoir pour guide.

Les puristes trouveront certainement des incohérences d’ordre scientifique dans Gravity, mais il s’agit avant tout de la science fiction.

Dans Gravity, on respire, on retient son souffle, on contemple, on s’interroge, on s’émerveille…on voyage dans l’espace tout en gardant les pieds…sur terre.

Alfonso Cuaron nous signe là un chef d’œuvre ou tout simplement le film de l’année.

 

 

Written by Ange-Patrick

Un gars comme les autres n'ayant que faire de ses journées...

Commentaires